Santé

Journée mondiale de lutte contre le SIDA

Publié le : 01 décembre 2023

Le VIH et le SIDA en quelques chiffres

Le virus (virus de l’immunodéficience humaine) est l’agent le plus pathogène qui provoque une infection chronique évoluant vers le SIDA (syndrome de l’immunodéficience acquise), en l’absence de traitement.

Il existe uniquement trois modes de transmission du VIH :

  • La voie sexuelle lors de rapports vaginaux, buccaux ou anaux non protégés,
  • La voie sanguine, lorsqu’il y a échange de sang, lors de consommation de substances psychoactives par exemple,
  • De la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement, en dehors du tout traitement.

Aujourd’hui dans le monde, 39 millions de personnes vivent avec le VIH dont 1,5 millions d’enfants. On compte près de 1,3 millions de personnes nouvellement infectées en 2022. La même année, 630 000 personnes sont mortes des suites de la contamination.

En France la situation reste préoccupante : Le nombre de personnes qui ont découvert leur séropositivité en 2022 est évalué à environ 5000 cas dont 140 dans la région Grand-Est.

Le VIH est toujours là !

Journée mondiale de lutte contre le SIDA

Établie en 1988 par L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et approuvée par l’assemblée générale des Nations Unies, la journée mondiale de lutte contre le SIDA a lieu tous les ans le 1er décembre.

Elle est l’occasion d’une mobilisation mondiale contre le VIH/sida, où des actions d’information, de prévention et de sensibilisation sont conduites à destination du grand public.

Cette journée est également celle de la mémoire et du souvenir des personnes décédées de la maladie.

Elle permet aussi de lutter contre la discrimination et les sérophobies.

C’est aussi l’occasion de promouvoir et de rappeler les dernières avancées en termes de prévention en France :

  • dépistage du VIH gratuit et sans prescription dans les laboratoires (avec une couverture sociale)
  • délivrance gratuite et sans ordonnance de préservatifs en pharmacie pour les jeunes de moins de 26 ans (avec carte vitale pour les majeur.es)
  • la PReP : traitement préventif pour éviter l’infection au VIH pour les personnes exposées
  • le TPE (traitement de post exposition), qui peut être délivré dans un centre hospitalier jusqu’à 48h après une prise de risque
  • TasP : treatment as prevention : une personne séropositive qui prend correctement son traitement, peut diminuer sa charge virale jusqu’à devenir indétectable, c’est-à-dire qu’elle ne transmet plus le virus

Bien que les avancées médicales et scientifiques soient encourageantes, le virus circule toujours. D’où l’importance de ne pas baisser la garde et de poursuivre la lutte !

Les actions à Thionville

Dans le cadre de la Journée Mondiale de lutte contre le SIDA, qui aura lieu le 1er décembre 2023, plusieurs associations de la ville de Thionville se mobilisent !

C’est pourquoi le Centre de Soins et d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) Baudelaire de THIONVILLE reconduit ce projet en créant du lien entre les professionnels et les structures partenaires impliquées :

  • Le CAARUD de l’association AIDES (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des Risques pour les Usagers de Drogues)
  • Le CEGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Diagnostic et de Dépistage) de Bel Air CHR Metz-Thionvill
  • L’association ATHENES  (structure d’hébergement d’urgence)
  • L’association OSMOSE, association qui lutte contre les LGBTQIphobies, les discriminations de genre et d’identité.

Des stands seront installés dans des lieux de passage stratégiques de la ville afin de pouvoir toucher un public varié, sans distinction d’âge, de genre ou de classe sociale.

  • Le parvis de la Gare routière de 11h à 17h
  • Le phare (foyer d’hébergement ATHENES) de 9h à 11h
  • Le Centre commercial Cour des Capucins de 10h à 17h
  • La médiathèque le Puzzle de 11h à 17h

A cette occasion, les passants pourront bénéficier de dépistage rapide, anonyme et gratuit au sein du CSAPA Baudelaire ou dans le camion aménagé de l’association AIDES.

À lire aussi