Journal de l'Agglo

Chronique patrimoniale de l’agglo : l’aedicula de Fontoy

Publié le : 24 janvier 2023

Article du Journal de l'Agglo, Printemps 2022

Découverte de l'objet

En 1987, la Direction des Antiquités Historiques et Préhistoriques de Lorraine lançait une prospection sur le tracé de l’autoroute A30 Knutange-Boulange. Les fouilles permirent la mise au jour d’un objet surprenant au lieu-dit Moderewiese, une petite maison sculptée dans le calcaire local, une aedicula datant de la période Gallo-romaine bientôt dévolue au Musée de la Tour aux Puces de Thionville.

Une aedicula est une reproduction réduite d’une villa rurale au sens latin du terme, le bâti principal d’un établissement agricole comme on en trouvait dans nos régions au Haut Empire romain du Ier au IIIe siècle de notre ère. L’objet se présente sous l’allure d’une maison à plan rectangulaire dont la face est ornée d’un portique à trois baies rectangulaires surmontées d’une avancée formée par trois frontons. La toiture est représentée par des stries parallèles entrecroisées ne suggérant pas des tuiles plates romaines (tégulae) mais plutôt de grandes ardoises ou pierres plates carrées.

Mais quelle pouvait-être sa destination ?

Une maquette destinée à un futur propriétaire, voire une destination ludique ou décorative ? Peut-être, mais plus sûrement un objet votif, élément d’un culte domestique. En effet, les Romains, ou plutôt les Galloromains disposaient chez eux d’autels domestiques agrémentés de représentations de divinités. Certains priaient le panthéon gréco-romain, comme Apollon ou Mercure pour leur conférer la santé, mais les cultes domestiques restaient incontournables à l’instar des Lares, esprits de la famille, les Pénates pour le garde-manger et la cuisine, et autre Mânes, ceux des morts. Ces divinités étaient chargées de veiller sur la maisonnée, ses occupants et auguraient de récoltes abondantes et de la sécurité générale de l’exploitation.

Cette aedicula serait ainsi une représentation des dieux Lares, esprits de la domus protégeant toute la maisonnée des coups du sort. Ces divinités honorées permettaient la prospérité du domaine et de tous les membres du foyer.

Ces miniatures ne sont pas très nombreuses à avoir été mises au jour mais trois d’entre-elles ont été découvertes au Grand-Duché de Luxembourg, sur le site du Titelberg situé à quelques encablures de Fontoy. D’autre civilisations ont également livré des maquettes architecturales, comme l’Egypte, la Mésopotamie la Grèce ou le monde romain. Reste à déterminer si leur rôle était purement architectural ou symbolique, voire cultuel.

Texte : Bruno TOUVERON